Make your own free website on Tripod.com
 

ARTICLE DE PRESSE DE L'ARTISTE PEINTRE

CLAUDE DUBOIS       


ACCUEIL

PHOTOS

PHOTOS 1 PHOTOS 4
PHOTOS 2 PHOTOS 5
PHOTOS 3 PHOTOS 6

ARTICLE DE PRESSE

ARTICLE 1 ARTICLE 4
ARTICLE 2 ARTICLE 5
ARTICLE 3 ARTICLE 6

EXPOSITIONS

GALLERY

GALLERY1 GALLERY4
GALLERY2 GALLERY5
GALLERY3

COURRIEL

AUTRES SITES DU PEINTRE 

ATELIER STUDIO

VIRTUAL GALLERY 13

 

Galerie michelotti-marseille

Epris de recherche, claude Dubois, depuis 25 ans, poursuit un travail minutieux, l'amenant à évoluer constamment, ce dont témoignent les sélections et les prix qui lui ont été décernés.Les oeuvres qu'il a accrochées en novembre chez Michelotti, datent pour la plupart d'une période récente (80/88) mais il a commencé dés 1963 par une technique trés personnelle, constituant à traiter l'objet de ses huiles et surtout aquarelles, en une mosaïque, un assemblage de carreaux, de dimensions et, biensûr de tons différents, ce qui a pour effet de mettre en valeur, en relief et en profondeur ses sujets, obéissant aux lois d'une chromatique exaltant les jeux de la lumière et des couleurs.

Curieusement et avec 25 ans d'avance, il procédait à la "digitalisation de l'image"si chére à nos techniciens vidéo.Le résultat, ravissant de loin devient agréablement surprenant lorsqu'on s'approche du tableau : de l'admirable portrait d'enfant qu'est le " Chapeau de sophie " (huile) à cet engageant " Shopping rue de Rome "en passant par " L'artifice new-yorkais " (aquarelles), ou le néons se reflétent comme en jouant dans l'eau d'un bassin, c'est à un itinéraire florisant que nous assistons : " L'alternative " dans une aréne brûlée de soleil, comme ces " Espaces d'Adalousie ", ce " Quai des belges " avec sa passante au parapluie, ces chrysanthémes enclos dans une invisible géométrie, plongés dans un pot d'étain.Puis, soudain, une incursion surréaliste : " Scission dans l'espace "avant de retourner à la tradition avec la silhouette brune d'un berger avec son chien, saisis " sur le vif ".

Mais dans ses dernières aquarelles, nouvelle manière : il applique la couleur directement sur le papier, sans trait de crayon préalable, mais n'omettant aucun détail; il dessine au pinceau, avec précision, sûreté et une grande force d'évolution. " Je m'attelle à present à des croisements de lignes et de volumes"... Faisons-lui confiance, il peut encore nous étonner et nous séduire.

Micheline DEVILLE

La côte des Arts, 15 Janvier / 15 Février 1989 Marseille